L’édito

Retour

2009-2018 ©  Jean.Vogel

EDITO juin 2018


Les années à petits fruits sont aussi des années à miel. Non pas que les abeilles jouent un rôle dans la pollinisation (1), mais comme les petits fruits, le développement des ruches supporte mal les variations climatiques. 2018 est une des rares années à ne pas avoir connu de gelées tardives. Le temps orageux, des températures clémentes et des pluies régulières ont assuré une floraison rapide et une très belle fécondation. Bref, 2018 devrait se rapprocher de 2011, la dernière belle récolte… si  la grêle nous épargne, tout au moins jusqu’à la pause des filets anti-oiseaux.


Pour ce qui est de la nouvelle peste : la drosophile japonaise.  Un piégeage très précoce à base de vinaigre de framboise semble avoir reculé la phase de développement exponentiel de l'insecte. Il est toutefois certain que la précocité de la récolte permet de limiter les dégâts.

A titre d’infos, je me lance dans la « pestiphobie », le but n’étant pas de tuer l’agent prédateur, mais de le déranger suffisamment pour qu’il fasse le moins de dégâts possibles dans l’attente de la présence suffisante d’auxiliaires. La pulvérisation de savon noir et d’huile de colza sur pomme de terre contre le doryphore mérite d’être reconduite, tout comme la pulvérisation de lait de chaux très dilué contre l’anthracnose sur bluets.


Pour le reste, retenez que comme chaque année

une visite guidée de la plantation et de la collection mondiale a lieu tous les mardis à 10h30 en juillet et en août,


et que la libre-cueillette sera ouverte dès début juillet pour les bluets, groseilles et groseilles à maquereau, (tel. Au 03.88.97.74.14. pour connaître la date exacte), en août pour les mûres et en septembre pour les framboises.


Bel et bon été

Jean Vogel


(1) La floraison des petits fruits a lieu à une période où les températures sont trop basses pour les abeilles. Elles ne jouent aucun rôle sans leur floraison, contrairement au bourbon.



Jean Vogel



Lire les précédents éditos ...

Retour